[Interview] Philippe Schweitzer de Recordins : « KMØ est une place stratégique pour se développer à l’international »

Publié le

Acteurs & Interviews

Nous avons rencontré une des startups du Village by CA Alsace Vosges. Pour l’occasion, nous changeons la formule des interviews avec un portrait en 10 questions. Bonne lecture !

1. Qui êtes-vous ?

Je suis Philippe Schweitzer, très heureux d’être présent à KMØ avec ma startup Recordins. Recordins existe depuis 1 an (création en octobre 2018), et j’ai intégré le Village by CA Alsace-Vosges en septembre 2019.

Au niveau de mon parcours, je suis ingénieur informatique UTBM de formation, et j’ai passé un Master Spécialisé à HEC Paris en « Management Stratégique de l’Information et des Technologies ». Ce qui ajoute à mon profil technique la capacité d’intervenir avec des personnes de différents métiers.

Je travaille dans le secteur de la blockchain. On peut en trouver plusieurs typologies sur le marché : nous nous sommes positionnés sur le secteur des blockchains privées/semi-privées, dites de consortium.

philippe schweitzer

Philippe Schweitzer au Village by CA, KMØ

2. Votre constat de départ ?

Au sein d’une filière et entre partenaires, les informations sont transmises à travers différents canaux (mails, courrier postal, documents papiers), et cela pose problème lorsqu’on cherche à faire en sorte que ces informations soient identiques chez tous les intervenants en même temps.

L’enjeu est de mettre en relation les différents systèmes d’information pour fluidifier le transfert, et de matérialiser le canal de confiance entre les intervenants.

3. Votre solution ?

Recordins propose une nouvelle sorte de base de données sécurisée et reliée à chacun, à travers laquelle les informations seront transmises. Lorsqu’un intervenant fait une saisie dans son propre système, le changement sera alors répercuté dans la blockchain pour le rendre disponible à tous les autres en temps réel.

L’authenticité des informations est garantie via des principes cryptographiques de signature électronique qui sont réputés être infalsifiables.

La plateforme permet ainsi la création de nouveaux canaux de communication sécurisés entre différents partenaires d’une filière, en garantissant la qualité des informations transmises.

J’ai été le principal maitre d’œuvre de la plateforme, en échange avec mon associé et mes partenaires ou prospects. L’objectif était de permettre une modularité complète pour s’adapter à différents secteurs d’activité.

4. Pourquoi le Village by CA ?

L’avantage du Village est de nous offrir une meilleure visibilité, et des opportunités de rencontre avec les industriels qui s’intéressent aux nouvelles technologies et à l’innovation.

Au niveau de Recordins, nous avons encore un rôle de sensibilisation à jouer : expliquer la technologie, en quoi celle-ci peut apporter une nouvelle valeur ajoutée en fonction du secteur d’activité (immobilier, banque, pharmacie…). Certains utilisent déjà la technologie blockchain, mais c’est encore rare.

5. Votre cible ?

Les secteurs qui ont un haut niveau d’exigence en termes de conformité dans le traitement de leurs informations. On pourra identifier des problématiques et des optimisations concrètes à réaliser en particulier dans l’industrie, le secteur pharmaceutique, l’horlogerie ou encore l’aéronautique.

Nous traitons aussi bien avec des startups qui démarrent et qui n’ont pas la compétence en blockchain, qu’avec les grands comptes qui ont des problématiques métier, mais n’ont pas encore trouvé leur solution.

6. Votre point différenciant ?

Notre point différenciant est de nous positionner sur de la blockchain privée, adaptée et sécurisée pour un consortium de sociétés.

Nous travaillons beaucoup sur l’aspect de la confidentialité des informations : définir quels droits pour quels intervenants par exemple.

Nous offrons aussi la possibilité d’aller un cran plus loin et d’intégrer la blockchain avec les solutions ERP actuelles. Nous savons déjà faire communiquer les composants informatiques des organisations avec la blockchain, et en particulier avec la plateforme Odoo sur laquelle j’ai une grande expertise car j’ai travaillé dessus pendant une dizaine d’années.

7. Etes-vous seul à gérer Recordins ?

Nous sommes 2 associés. Je suis le CEO et le représentant pour la région Grand Est, l’Allemagne et la Suisse, et mon associé est sur Paris. Nous fonctionnons en binôme : je suis plus concerné par les aspects techniques et il est notre référent concernant la mise en conformité et la simplification des processus.

Notre société est en croissance. Nous venons d’engager une nouvelle collaboratrice !

8. Vous êtes présent à l’international ?

Oui, et KMØ est une place stratégique pour cela. L’Alsace au cœur de l’Europe ! En étant ici, nous avons une culture et une ouverture plus grande à l’international. Je me retrouve totalement dans l’ADN de KMØ.

En octobre, le Business Connect du Village by CA, organisé à KMØ, nous a permis de rencontrer des représentants de succursales françaises avec des objectifs de développement à l’international, à commencer par la Suisse.

En novembre, nous avons participé au Web Submit à Lisbonne, un équivalent du CES de Las Vegas mais localisé en Europe. Nous avons eu l’occasion de faire des rencontres avec le monde entier, en particulier en Amérique du nord et en Afrique.

9. Vos enjeux ?

Nous implanter à l’international, en particulier en Suisse.

Améliorer et rendre encore plus facile d’accès la première version de notre produit !

Continuer à rencontrer un certain succès sur le marché. A l’horizon 2020, mettre en place une équipe de maintenance dédiée pour répondre aux besoins de nos clients.

10. Le mot de la fin ?

Rendez-vous sur notre site www.recordins.com pour découvrir une vidéo de démonstration de la plateforme afin de voir son niveau de flexibilité et d’adaptabilité, ainsi qu’une description détaillée du produit.

Vous trouverez également un lien vers ma thèse professionnelle HEC qui explique l’intérêt de la blockchain dans le domaine médical, et les différentes documentations techniques du produit.