Une architecture de briques chargée d’histoire

Présentation du bâtiment n°23

Construit en 1896, le bâtiment 23 se situe dans la bande la plus occidentale du complexe, bordé à l’extérieur (à l’ouest) par la ligne de chemin de fer Mulhouse – Strasbourg. C’était l’atelier de montage des métiers de filature, édifié en 1896 par les entrepreneurs Gustave Roos (maçonnerie) et Auguste Haensler (charpente et serrurerie).

Mi-cathédrale, mi-château, il se compose de trois nefs, les deux travées latérales étant coiffées en façade orientale de courtes tours carrées. Le bâtiment est implanté sur un terrain libéré de l’ancienne station de chemin de fer (ligne de Mulhouse-Thann, 1839).

Emblématique de l’usine nouvelle, il incarne comme les précédentes architectures le « tout-briques ». Il se prolonge dans la même enveloppe par une étendue presque carrée (bâtiment n°24).

Le bâtiment ressemble à une étrange église au milieu des champs, mi cathédrale, mi château ; elle étale ses trois nefs, une exacte réplique, en plus grand, du n°16.

Une architecture de briques

Comme bien d’autres bâtiments de la SACM, ce bâtiment incarne l’architecture de briques. Ces matériaux restent cependant composites (planchers bois, poutres bois) et le bâtiment n’est pas « fire-proof ». Les trois nefs ne sont scindées que par deux files de 18 poteaux en fonte, ce qui ménage pour chacun des trois niveaux des plateaux de 77m sur 26m. Le bâtiment se compose de 3 bâtières accolées.
Source : Pierre Fluck, Service Commun de Documentation de l’UHA

Comme toile de fond la campagne verdoyante, les collines de Dornach et plus près une sorte de vaste tumulus écrêté : l’énorme amas de résidus industriels appelé Cokrouri par les Mulhousiens. Cet ensemble de deux « usines églises » se singularise par sa symétrie. Leurs façades arrière se déroulent aux yeux des passagers des trains qui vont de Mulhouse à Strasbourg. Le KMØ symbolise la borne du Kilomètre 0 à partir duquel est comptée la distance ferroviaire.

La réhabilitation du bâtiment

Pour faire revivre les murs des bâtiments emblématiques de l’industrie française, il faut suivre les rails qui ont fait de la SACM un lieu inoubliable dans l’industrie. C’était un lieu de création, de réflexion, de partage et d’innovation, aujourd’hui c’est dans cette direction que ce centre numérique se dirige.

Il est important de ne pas dénaturer les lieux, les espaces présents sont déjà adéquats pour le KMØ. Spacieux il permet d’accueillir autant la machine que l’homme.
Entouré de verdure, ce lieu de réflexion se situe dans un cadre agréable très attractif.

Le KMØ est une ambition à la hauteur des locaux et de leur histoire.

Le site de la SACM appartient aujourd’hui à la m2A. Des travaux sont évidemment nécessaires avant de remettre les bâtiments en service, mais il ne s’agit pas de travaux lourds. Sur les 15.000 mètres carrés, 10.000 peuvent être mis en travaux rapidement pour une entrée partielle dans les locaux prévue en septembre 2015. En effet, ces locaux sont en bon état général et prêts à reprendre du service rapidement afin de devenir le quartier numérique du KMØ ; il suffit de moderniser, mettre aux normes et répondre au cahier des charges des futurs locataires.

KMØ Campus

Le KMØ associe la formation à la carte et le soutien à la réalisation de projets innovants. L'objectif est de créer un écosystème favorisant les échanges entre les différents acteurs du numérique.

KMØ Business

Le KMØ exerce une attractivité financière par la diffusion des informations sur l’avancement technologique des projets en émergence et sur les besoins en développement des entreprises.

KMØ Events

Afin de stimuler la vie de l'écosystème du KMØ, il est important d'organiser régulièrement des événements où les différents acteurs du numérique peuvent se rencontrer et échanger.