Xavier-Noël Cullmann : « Les entreprises feront de leur digitalisation la priorité ces prochains mois »

Publié le

La vie à KMØ

teletravail digitalisation des entreprises covid

Nous vivons une période de transformation particulièrement forte et intéressante. En dehors de l’aspect sanitaire et humain (les familles touchées par le deuil et la maladie sont les vraies victimes de ce virus), le confinement, et les mesures de distanciation en général, force les entreprises et les salariés à adapter leur mode de travail.

Cela fait plusieurs années que de nombreuses agences comme la nôtre prône la nécessité de la transformation digitale des entreprises, souvent sur l’aspect performance. Et même si tout le monde était d’accord sur cette nécessité, dans les faits, les investissements (argent et temps) de cette transformation sont conséquents et, bien trop souvent, les entreprises les ont mis de côté au profit de « daily business ».

Et le COVID 19 est arrivé, et nous a confiné chez nous presque du jour au lendemain. Avec pour quasi seul moyen de poursuivre le travail que les solutions digitales.

Là où avant le virus, les entreprises demandaient le travail en présentiel pour avancer, avec un gros scepticisme sur la capacité des salariés à travailler chez eux (et ne cachons pas pour certains : un besoin de nous assurer que le salarié est bien en train de travailler et pas de faire autre chose) ; aujourd’hui, il faut toujours se mettre au télétravail et utiliser des outils digitaux pour avancer efficacement.

Au sein de mon groupe comme pour les clients que j’accompagne, il a fallu très vite trouver des solutions pour permettre de communiquer ensemble, d’échanger sur des fichiers de manière collaborative, de suivre l’avancée du projet chez les uns et les autres, d’avoir une vue concrète sur l’avancée des dossiers et échanges commerciaux avec les clients, …

Ne soyons pas médisants, toutes ces solutions existaient déjà bien avant, mais ce n’est qu’avec un confinement forcé que tous s’y mettent réellement.

Alors bien sûr, on peut s’interroger sur la pérennité de cette nouvelle manière de travailler, les routines ont la vie dure, et il est possible qu’après le dé-confinement total, chacun reprenne son mode de fonctionnement passé et se passe de certains outils digitaux qu’ils utilisent actuellement, par souci d’économie ou de vieilles habitudes.

Je n’y crois pas.

Les entreprises, quelles qu’elles sont, sont impactés par cette crise, et même celles qui vont en sortir plus riches, auront testé et approuvé ces « nouvelles » solutions digitales.

Au niveau des dirigeants et des managers, ils constateront pour la plupart que les outils sont pensés pour le projet, et leurs freins à leur non utilisation seront en grande partie levés par ce test forcé que nous vivons. De plus, la crainte d’une seconde vague, ou d’une autre crise future aux conséquences similaires, se fera ressentir davantage, et je pense que les entreprises en retard feront de leur digitalisation la priorité ces prochains mois. Au passage je vous invite à découvrir le témoignage de mon collègue Michel Klingler sur l’impact de cette période et les solutions à mettre en place pour la reprise à venir.

Du côté des salariés, même si le changement a été brutal, et difficile au début, ils commencent eux aussi à s’habituer à ces outils en découvrir les vertus. Les barrières entre le monde professionnel et personnels s’amenuisent (surtout quand on doit garder les enfants dans les moments de télétravail). Au final, ils préféreront pour beaucoup maintenir le télétravail que prendre le risque sanitaire de sortir, ajouté à l’économie de carburants et les impacts écologiques.

Les relations entre clients et fournisseurs évoluent aussi. Entre cette digitalisation forcée et la part de plus en plus forte des générations Y et Z sur le monde du travail, un échange en conf call sera de plus en plus apprécié, pour le gain de temps et d’énergie qu’il procure. On peut aussi parler du risque d’accidents dans les déplacements, une hantise pour les entreprises qui l’ont déjà vécu. Au final, la facilité de mise en relation avec les outils digitaux permet de voir plus de monde en un temps réduit, et c’est là qu’on réalise, comme dans les communautés de gaming, que le digital est social !

En synthèse, je pense que pour les entreprises, le confinement correspond à la prise de considération globale de l’importance du digital dans notre mode de (télé)travail !

Xavier-Noël Cullmann, manager de KonexUp